Josh McNeill

Language, Music, Louisiana.

La mondialisation pluarliste et les langues en danger.

Enfin, j’ai fini de regarder First Language, The Race to Save Cherokee, à matin durant le déjeuner. Quelque chose d’intéressant d’un point de vue linguistique, c’est qu’eux ne semble pas user des mots anglais dans leur cherokee malgré le contact considérable, peut-être parce qu’eux déploie beaucoup d’efforts pour créer de nouveaux mots pour les nouvelles affaires (voir 35:00). Ça, ce n’est pas la stratégie employée ailleurs, tel que dans la Louisiane ou aux provinces maritimes (bien que le Québec en essaie au moins officiellement).

First Language, The Race to Save Cherokee par Neal Hutcheson sur Vimeo.

De plus, je pense que la citation à la fin est particulièrement pertinente par rapport au climat social et politique actuel à travers l’Occident. Il situe l’idée d’une forte culture locale dans un contexte plus large qui ne rejette nécessairement pas les plus grosses cultures qui l’englobent ni même les interconnexions mondiales:

«Si nous autres, on jongle après ce que ça veut dire d’être une société pluraliste, ça veut dire qu’on aura pour fournir de l’espace pour le monde qui parle d’autres langues, qui pense différemment, qui ont des cultures différentes, en dedans d’une culture nationale ou une culture mondiale, et ça fait que tout le mouvement avait été à la direction opposée vers la mondialisation, vers l’homogénéisation, tu connais? Quoi ça veut dire de changer le processus et d’ouverre un espace pour une pluralité de différent de cultures après travailler ensemble? Comment on peut vraiment accepter et respecter ce monde et l’accorde un degré d’autonomie avec son système scolaire et sa langue que ça parle?» –Hartwelll Francis de West Carolina University, ma traduction

Une tasse de café intéressante.

Je suis après transcrire des émissions de la Louisiane en français pour un cours de changement linguistique. Pour les émissions récentes, j’ai choisi le show La Tasse de café sur KVPI, et pour les vieilles émissions, la série En français, qui a été publiée par Louisiana Public Broadcasting, une chaîne publique, dans les années 80 et 90. Je suis après analyser la variation entre les pronoms sujets de la troisième personne du pluriel, c’est-à-dire ils, ils -ont, ça, eux et eux-autres, mais quelque chose que j’ai tout de suite noté par rapport au parler de Mme Ledet, qui a été née en 1919, c’est qu’elle emploie beaucoup de constructions qui font ressembler son parler à cil des Français dans des contextes formels. Tu n’entends pas ces constructions dans le parler de MM. Soileau et Manuel à KVPI (ce premier étant né en 1941, ce dernier, moi je ne connais pas):

Mme Ledet sur En français

Ce n’est pas clair que ça provienne d’une différence de territoire, d’âge, d’interlocuteur (l’intervieweur sur En français semble plutôt français de la France), d’interaction avec des francophones d’ailleurs, ou autre chose, mais c’est intéressant quand même. Le corpus que moi, je suis après construire est petit, parce que c’est rien que pour un travail de cours, mais j’ai idée de l’étendre et peut-être de faire d’autres analyses.

Buckwheat Zydeco

Eusse, ç’après danser un peu mieux dans le ciel à matin. RIP.

Reconnaître éoù le yat.

Vous connaissez, j’ai écouté tous les albums à Harry Connick jr, mais je ne l’ai jamais entendu parler, moi. Il a récemment paru sur le Late Show avec Stephen Colbert et je l’ai donc entendu:

Ce que j’ai noté au début, c’est qu’il était après parler en yat, c’est-à-dire la variété de l’anglais parlée à la Nouvelle-Orléans. À ce moment-là, il était après s’adresser à Jon Batiste, qui devient également de la Nouvelle-Orléans, mais à mesure que l’interview continuait, ça m’a semblé qu’il a changé son registre en quelque chose de plus général, puisque moi je ne pouvais plus bien entendre les traits yatais. Pour quelqu’un qui est toujours si étroitement lié à sa région natale mais qui travaille depuis longtemps ailleurs, avec grand succès, je ne m’étonne pas qu’il semble garder les deux variétés, et ça-là, c’est un bon exemple de combien vite que ça peut changer dans une situation éoù les deux aident à exprimer la totalité de son caractère. D’après moi, c’est ça qu’on perd équand on perd sa langue natale à cause de l’idée que ça ne vaut pas much: sa totalité.

Après qu’il n’y aura rien que vous pouvez faire avant.

Comme toujours, Donald Trump se trouve dans une controverse. Cette fois, il a suggéré que les partisans du deuxième amendement pourront arrêter les nominations au Cour suprême des juges qui ne sont pas des partisans eux-même:

Icitte, nous autres, on a un problème langagier temporel. Trump parle, d’habitude, d’une manière bien épenthétique, c’est-à-dire il intercale de petites propositions dans les phrases qui n’ont pas rien à voir avec cette phrase actuelle. Il fait ça pour atténuer l’effet des phrases qui sont peut-être offensantes ou pour nous rappeler qu’il est le meilleur homme du monde (c’est bien évident que ça c’est faux, ça fait qu’il doit nous rappeler), mais dans cette occasion-là, ça a créé une incongruence temporelle. Voilà la phrase complète, traduite par moi:

«Si elle a l’occasion de choisir les juges, rien que vous pouvez faire, le monde, bien que les partisans du deuxième amendement, peut-être qu’il y a quelque chose, moi je ne connais pas.»

Équand Trump prononce la proposition rien que vous pouvez faire, il use le temps du présent d’une manière ambiguë. Ça peut dépeindre soit le temps du présent soit le temps du futur en anglais, et je crois en français, itou. Ce qui détermine le temps, c’est le temps de la phrase dans équelle la proposition se trouve: Si elle a l’occasion de choisir les juges. Cette proposition-icitte, ça ne peut vouloir dire rien que le futur, à cause qu’elle est tout à fait incapable de choisir un juge à moins qu’elle aura remporté la présidence à l’avenir. Ça marque la balance de l’énoncé comme à l’avenir, après l’élection, y compris la proposition rien que vous pouvez faire. Ainsi, il n’y a rien qu’une interprétation: Trump suggère que quelqu’un assassine avec un fusil soit la présidente soit les juges, mais Trump dit que la proposition est reliée à ce qui s’aurait passé avant l’élection:


«Les médias veulent à tout prix détourner de la position à Clinton sur le 2A. J’ai dit que les pro-2A doivent organiser et voter pour sauver notre Constitution.»

Moi, je n’ai aucun doute que ça, c’est ce que Trump voulait dire, mais la manière d’équelle il l’a dit a rendu un autre sens. Le problème n’est pas de décider s’il était après promouvoir vraiment l’assassin de Clinton ou des juges, comme les médias est après débattre, c’est de décider s’il a mis en danger ces aucuns, à quoi moi je réponds: oui, il ne pense pas après ce qu’il dit, jamais, et ça c’est bien bien dangereux en tant que président.

Après traduire l’anglais en anglais.

Il y a un post à Language Log sur The Jeremy Kyle Show, éoù les aucuns présentés causent des variétés d’anglais que l’hôte ne peut même pas comprendre, et moi non plus, en tant que locuteur natif d’anglais:


Le post à Language Log.

Ce que je trouve intéressant, c’est que moi, je commence à penser après ce que j’entends comme si ce n’est pas l’anglais, comme s’il faut premier trouver les frontières des mots même avant de commencer à les analyser comme quelque chose avec du sens. Ça se passe aussitôt que je ne réussis pas à comprendre deux ou trois mots adjacents.

Quelque chose après équel je jongle depuis quelques mois, c’est le manque de discussion sur la psycholinguistique dans la documentation sociolinguistique ainsi que la documentation linguistique formelle. Des affaires comme ça me semblent un bon point de départ.

(J’ai idée de commence à poster de petits articles comme ça, puisque je n’ai pas de temps depuis longtemps d’écrire de vrais posts.)

Des mises à jour

J’ai mis à jour les cartes mémoires que j’ai crées pour le français louisianais (le vocabulaire ainsi que l’écriture/la lecture). Les liens se trouvent à côté et ci-dessous:

Vocabulaire
Écriture/Lecture

Plus de renseignements se trouvent dans l’anciens posts:

Renseignements pour le vocabulaire
Renseignements pour l’écriture/la lecture

Je suis après chercher des volontaires.

Je suis après faire un projet pour la différence entre la prononciation équand on chante versus équand on parle, ça fait que j’ai besoin des volontaires louisianais qui peuvent m’envoyer deux enregistrements: un dans équel on chante une chanson sans accompagnement et un autre dans équel on parle les mêmes paroles. Si vous voudriez m’aider mais ne connaissez pas récorder votre voix, je peux la récorder en usant le Skype, mais ça exige que vous connaissez user le Skype.

La chanson est Les Barres de la prison, la version par Canray Fontenot ci-dessous:

Voici les paroles:

Goodbye chère vieille mom
Goodbye pauvre vieux pop
Goodbye à mes frères et mes chères petites sœurs
Moi j’ai été condamné pour la balance de ma vie
Dans les barres de la prison

Moi j’ai roulé
Je m’ai mis à malfaire
J’avais la tête dure
J’ai rentré dans le tracas
Asteur je suis condamné pour la balance de ma vie
Dans les barres de la prison

Ma pauvre vieille maman
Elle s’a mis dessus ses genoux
Ses deux mains sur la tête, en pleurant pour moi
Elle dit, «Mmm, mmm»
Cher petit garçon
Moi je vais jamais te revoir
Toi tu as été condamné pour la balance de ta vie
Dans les barres de la prison

J’ai dit chère vieille maman
Pleure pas pour moi
Faut tu pries pour ton enfant, pour essayer de sauver son âme
De les flammes de l’Enfer

Si vous m’envoyez ces enregistrements-là (à mon adresse de courriel: josh8211@gmail.com ou checkez sous Contacter au-dessus), veuillez indiquer les renseignements ci-dessous, tout d’équels restera anonyme:

Âge:
Village natal:
Village actuel:
Langue natale:

Si la langue natale n’est pas le français,

Équand vous avez appris le français:
Comment vous avez appris le français:

Prière de diffuser ce post.

Et Astheure, les élections.

Ça fait longtemps que j’écris un post à cause de mes études, mais j’ai eu l’occasion d’en écrire un pour Astheure.com récemment, sur les élections louisianaises :

Le fait français dans la Louisiane appartient au peuple

Quels candidats le causent ?

Aucun d’entre eux-autres.

Aucun des candidats pour le gouverneur de la Louisiane cause français, c’est-à-dire. Bien, Scott Angelle admet qu’il le cause un peu (ou peut-être qu’il a juste honte ?), mais la balance est tout à fait anglophone, mais ça veut pas dire qu’eux-autres supporte égal le français dans l’état. Ça fait, moi, j’ai essayer de figurer leurs histoires et leurs positions par rapport au français.

Scott Angelle a publié une publicité dans équelle il cause français :

Il admet qu’il est pas courant, mais il essaie quand même, et il a fort supporté les efforts de permettre les automobilistes d’ajouter le titre « I’m a Cajun » sur les licences. Les fonds générés par ce programme sont passés à la Fondation Louisiane pour le programme Escadrille Louisiane, même si eux-autres vaut pas much.

J’ai envoyé à M. Angelle, ainsi qu’aux autres candidats, un courriel après poser des questions pour sa position mais j’ai reçu une réponse seulement de John Bel Edwards, ou bien, de son personnel :

C’est MP Wray de la campagne de JBE. John Bel est le seul candidat avec un dossier qui montre qu’il supporte des cavaliers législatifs pour les programmes comme le CODOFIL et l’immersion en français dans les écoles publics équand leurs financements étaient en danger. John Bel luttait bien contre gouverneur Jindal pour supporter ses collègues francophones dans la législature. Comme tu connais, nous-autres, on a un passé sordide qui comprend la suppression de la langue française. On doit préserver et promouvoir cet héritage culturel unique et jamais le tiendre pour acquis. JBE a voté d’une manière qui montre qu’il agit plutôt de juste japper. [traduit par l’auteur]

Et encore une autre réponse après plus de questions après ce qu’il fera précisément :

Réinvester dans le CODOFIL et nos écoles publics va nous permettre de promouvoir l’enseignement du français. JBE est responsable de négocier un quart d’un billion d’augmentations de financement pour le K-12 contre les objections à Bobby Jindal et de travailler avec les législateurs d’Acadiana pour ramener le financement de CODOFIL.

Nous-autres, on a aussi besoin de réinvester dans nos musées dans le bureau du secrétaire de l’État pour assurer que la préservation de l’histoire du français dans la Louisiane reste en priorité absolue. JBE a énuméré la manière qu’il va traiter les problèmes structurels du budget pour être capable de faire ces investements et trouver le revenu. [traduit par l’auteur]

Quant à David Vitter, il y a pas rien à dire. Pareillement pour Jay Dardenne, qui est mentionné dans un article sur NOLA Française éoù les liens sont cassés. Allons avoir espoir que les liens au français aillent pas être cassés par le gouverneur qui vient.

MISE À JOUR :

Il y a d’autres élections, itou. Voici ce que les candidats pour le lieutenant-gouverneur dit après le CODOFIL, et le français en général. Ça me semble que, tandis deux de ces candidats répondent en français, eux-autres est pas trop courants. En tout cas :

MISE À JOUR 2 :

Grâce à Brad Nation, l’administrateur du groupe Facebook Cajun French Vitrual Table Française, j’ai d’autres renseignements à partager après Scott Angelle, candidat pour le gouverneur. M. Nation l’a contacté pour savoir la position à M. Angelle en rapport au français dans la Louisiane. Voici ce qu’il a reçu comme réponse :

Scott est un défenseur avide de notre culture française et héritage icitte dans la Louisiane. Il croit fort à la protection et préservation de la langue française. Scott cause même du français cadien lui-même. Il use souvent la phrase pour moi c’est la Louisiane chaque fois tout le temps à mesure qu’il encourage le monde de la Louisiane qu’il se consacre seulement à lui et que notre état verra ses plus grands jours à l’avenir. Scott va toujours préserver notre histoire et notre diversité icitte dans la Louisiane. -Jessica Ragusa, Responsable de la communication. [traduit par l’auteur sauf les italiques]

« Older posts

© 2017 Josh McNeill

Theme by Anders NorenUp ↑